FEMME RURALE : des défis pas toujours évidents

FEMME RURALE : des défis pas toujours évidents

En cette journée internationale dédiée aux droits de la femme, il importe de relever que dans le débat sur la problématique se rapport aux conditions de la femme dans nos pays, celle du monde rural n’est pas toujours suffisamment représentée. Pourtant, de ce côté, à l’abri des caméras de télévision et des projecteurs des photographes, les défis peuvent être encore plus importants. Même s’ils ne sont pas souvent évidents. Et justement, la troisième édition du Women’s meeting Day, en ce qui la concerne, entend se saisir de deux de ces défis auxquels la femme rurale reste confrontée. Il s’agit de la prise de parole en public et du numérique.   Deux préoccupations particulièrement pertinentes, à en croire une activiste des droits des femmes que nous avons pu interroger.

A lire  MEDIAS: le REMIGUI "inquiet'' après l'inculpation de Mohamed Bangoura

Faisant allusion tout d’abord à la prise de la parole en public, Hadja Maimouna Yombouno, présidente de la  Fondation  Solidarité  féminine reconnait que c’est un « défi réel ». Et elle sait plutôt de quoi elle parle. « Personnellement, au début, j’avais  des problèmes de prise de parole en public. C’est au fur  du temps et de l’exercice que j’ai fait que j’ai pu m’en sortir », rappelle-t-elle. Aussi, elle suggère qu’il « faut préparer la femme à prendre la parole en public. C’est un processus plutôt long, vu que dans nos sociétés, on n’a pas toujours l’habitude de permettre à la parole de s’exprimer. C’est un construit socioculturel qu’il faut déconstruire ».  

Avec l’invasion de la vie par le numérique, la présidente de la Fondation Solidarité féminine est également d’accord que les femmes en milieu rural sont particulièrement désarmées. « A ce niveau le constat est alarmant. Beaucoup de femmes en milieu rural ne maîtrisent pas l’outil informatique. Surtout que pour les y initier, il faut beaucoup de moyens. J’ai personnellement formé  150 femmes avec  mes moyens propres  et l’accompagnement  d’une société de téléphonie  mobile  de la place », explique-t-elle.

A lire  COVID-19: un cadre du ministère du Budget testé positif

Justement, en septembre prochain, la troisième édition du Women’s meeting Day entend placer ces défis au cœur de ses préoccupations. Autour du thème, “valorisation de nos produits locaux, l’entrepreneuriat féminin’’, il sera question, selon Fatoumata Binta Diallo, la structure organisatrice, de permettre à une centaine de femmes de bénéficier de formation en prise de parole en public et dans l’utilisation du digital. « La particularité  de cette année, ce sera de  mettre en valeur  la culture guinéenne, mettre en valeur les  femmes de  chez nous dans chaque secteur  d’activité ( agriculture , restauration, peinture) non seulement ici à  Conakry et à l’intérieur du pays », promet la présidente de Fabidia Event & Com. Qui ajoute qu’en ce qui concerne la session qui sera dédiée à la prise de parole en public, « on va dédier un espace  à ces femmes qui vont parler chacune dans sa langue  de son quotidien, de ce qu’elle vit”

Balla Yombouno