Ledjely.com
Accueil » Quel rôle pour les médias dans le dialogue politique ? Les propositions du consultant Bangaly Camara…
Actualités Guinée Interview Médias Politique

Quel rôle pour les médias dans le dialogue politique ? Les propositions du consultant Bangaly Camara…

Alors que la question d’amorcer un dialogue entre les acteurs politiques reste d’actualité en Guinée, il est nécessaire de s’intéresser au rôle que les médias peuvent jouer pour la réussite de cette nouvelle tentative de mettre fin à la crise sociopolitique dans laquelle le pays est plongé depuis les échéances électorales de l’année dernière. A propos, Ledjely.com a rencontré Dr Bangaly Camara, consultant en communication et auteur de plusieurs ouvrages sur la gouvernance des médias en Guinée.

Ledely.com : Il est question de dialogue politique et social en Guinée actuellement. Selon vous, comment les médias peuvent aider à sa réussite ?

Bangaly Camara : Je pense que les médias doivent jouer leur rôle régalien, qui est d’informer la population sur les tenants et les aboutissants des conflits qui opposeraient les parties prenantes. Pour que nous puissions réussir un dialogue, il faut d’abord que les faits conflictuels soient exposés par les journalistes ainsi que les intérêts qui sont cachés derrière ces faits. Si tout ça est mis à la disposition de la population, ça peut amener les parties à quitter un peu sur leurs positions parce qu’actuellement, nous nous livrons à ce que j’appellerai ‘la guerre des tranchées’, c’est-à-dire on se met à présenter les positions des uns et des autres par rapport aux conflits. Or, cela ne peut pas le faire avancer à mon sens. Il faut plutôt chercher à savoir quels sont les besoins des parties, les valeurs qui sont rattachés aux faits conflictuels, les craintes de part et d’autre, les besoins de la population et les intérêts qui sont cachés derrière le conflit qui opposerait par exemple le gouvernement à l’opposition ou aux différents acteurs de la vie nationale. Donc, il faut que nous exposions d’abord ces faits, et en même temps que nous encouragions à travers nos reportages, comptes-rendus que nous faisons, afin que les parties puissent accepter de quitter sur leurs positions. Si ce n’est pas le cas, ça va être difficile à mon sens de jouer un rôle autre que ça, parce que les médias n’ont pas vocation de résoudre les conflits.

Nous, notre rôle, c’est de documenter les conflits. Il faut que les médias documentent les conflits pour amener les parties à comprendre les tenants et les aboutissants du conflit. Je pense que si cela est fait, on peut espérer arriver à un dialogue politique où les positions ne seront pas figées.

Quels conseils donnerez-vous aux journalistes pour un bon travail ?

C’est la formation et le renforcement des capacités. J’ai suivi pas mal de conflits en Guinée mais je vois comment les médias ont couvert ces conflits. Parfois, nous passons à côté de la plaque. Pourquoi? Parce que nous appréhendons très mal les questions qui se posent. Parfois, nous les abordons avec passion, des partis pris, des appréhensions. Nous nous mettons même dans la logique de ceux-là qui sont des donneurs de leçons. Ce n’est pas ça notre rôle. Notre rôle, c’est celui d’informer et de documenter les conflits, informer c’est-à-dire donner les faits et essayer de présenter les choses de façon objective et impartiale, mais aussi de faire en sorte que ceux pour lesquels on travaille (auditeurs, téléspectateurs) puissent comprendre les réalités de ce fait.

Deuxième chose qu’il faut comprendre dans cette situation, c’est que le renforcement des capacités des médias, la formation des journalistes, est indispensable parce que nous sommes les relais, les interfaces entre les acteurs politiques et la population. Si nous-mêmes nous ne sommes pas suffisamment préparés sur ces questions, on ne peut pas couvrir un conflit.

Propos recueillis par Elisabeth Zézé Guilavogui

Articles Similaires

L’UNFPA et ABLOGUI lancent le concours Sininko

LEDJELY.COM

Le Conseil communal de Gaoual et celui de la Commune rurale de Dialokoro (Mandiana) dissous

LEDJELY.COM

CRIEF : Dr Ibrahima Kourouma reste en prison

LEDJELY.COM

Des nouvelles poursuites judiciaires contre l’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana et d’autres anciens fonctionnaires du régime d’Alpha Condé

LEDJELY.COM

MISSION DU MATD : « Ce n’est pas un problème » chez l’UFDG, assure Kalémodou Yansané

LEDJELY.COM

Le colonel Mamadi Doumbouya offre une V8 à la veuve de Sékou Touré

LEDJELY.COM
Chargement....