Ledjely.com
Accueil » La rencontre Ouattara-Gbagbo vue par l’ancien ministre Mamadou Taran Diallo
A la uneActualitésAfriqueGuinéeInterviewPolitique

La rencontre Ouattara-Gbagbo vue par l’ancien ministre Mamadou Taran Diallo

Après son retour le 17 juin dernier en Côte d’Ivoire, l’ancien président Laurent Gbagbo a rencontré hier mardi 27 juillet le président Alassane Ouattara. Une poignée de main et des échanges qui demeuraient des plus improbables il y a quelques semaines encore, mais qui sont désormais perçus ou présentés comme symbolisant la volonté des acteurs politiques ivoiriens de tourner la page de la crise politique pour faire place à la réconciliation nationale. Justement, l’ancien ministre de la Citoyenneté et de l’Union nationale, Mamadou Taran Diallo, par ailleurs Président d’honneur de l’Association guinéenne pour la transparence (AGT) et de Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP Guinée), sollicité par notre rédaction, admet que la rencontre de ce mardi 27 juillet au palais de la présidence ivoirienne, peut bien ouvrir la voie à la réconciliation nationale. Mais cela suppose, à ses yeux, que cette rencontre soit suivie d’un processus de vérité, justice et de pardon. D’ailleurs, Mamadou Taran Diallo note singulièrement le fait que les présidents Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara aient opportunément oublié de réserver la moindre place à la « terrible mémoire des victimes de la crise majeure dont ils étaient pourtant les acteurs et principaux bénéficiaires ». Il ne le dit pas lui-même, mais on peut imaginer qu’il assimile cet oubli à une fausse note.

Qu’avez-vous pensé de la rencontre de ce mardi 27 juillet entre le président Alassane Ouattara et son prédécesseur, Laurent Gbagbo ?

Je pense que c’est d’abord une rencontre entre deux leaders politiques dont le combat pour diriger la Côte d’Ivoire a coûté d’inacceptables et d’insupportables pertes en vies humaines et en dégâts matériels. Les présidents Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se sont projetés sur l’avenir de la Côte d’Ivoire et peut-être sur le leur, en évoquant les prisonniers politiques, en passant malheureusement sous silence la terrible mémoire des victimes de la crise majeure dont ils étaient pourtant les acteurs et principaux bénéficiaires.

S’inscrivant dans le cadre d’une dynamique enclenchée avec le retour, le 17 juin dernier, de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, cette rencontre est présentée comme le symbole d’une réconciliation nationale. Qu’en pensez-vous ?

On peut espérer de cette rencontre une décrispation de la tension politique pouvant, à son tour, conduire à un processus de vérité, de justice et de pardon entamant la judicieuse et opportune réconciliation nationale. Il faut néanmoins relever que cette rencontre tant souhaitée et saluée ne peut à elle seule incarner la réconciliation nationale. Au mieux, elle ne peut qu’en être l’ingrédient, le déclencheur tant attendu.

L’image affichée ainsi par le président ivoirien et son prédécesseur peut-elle et doit-elle inspirer à la Guinée et pourquoi ?

La Guinée n’a pas attendu cette rencontre pour initier ses propres dialogues entre les acteurs politiques. Les rencontres entre l’opposition et le pouvoir en Guinée, ont lieu depuis 2010, voire bien avant. Malheureusement, il est vrai que ces rencontres n’ont pas souvent été suivies d’effets.

Vous qui étiez jusqu’à récemment ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale en Guinée, que pensez-vous du débat récurrent sur la réconciliation dans notre pays ?

Au-delà du débat, des discours et diatribes des tenants et aspirants au pouvoir, il faut créer la confiance et l’assurance entre les acteurs que les conclusions et engagements de leurs rencontres seront respectés, appliquées et miss en œuvre par des actes concrets indispensables à la réconciliation et utiles à la cohésion et à l’unité du pays.

Ledjely.com

Articles Similaires

Me Jocamey Haba : « Le président Dadis a été inculpé pour des raisons politiques »

LEDJELY.COM

Coyah : un camion se renverse au milieu de la chaussée et perturbe la circulation

LEDJELY.COM

Fermeture des médias : Bah Oury pas disposé à « s’engager sur la voie de la levée de la décision »

LEDJELY.COM

Diécké : un vendeur de carburant accuse des agents de la SONAP de tentative de rançon

LEDJELY.COM

RAVEC, fichier électoral : Bah Oury sème la confusion

LEDJELY.COM

Konta : une délégation ministérielle sur le site de construction de l’usine de fabrication de bouteilles de gaz

LEDJELY.COM
Chargement....