Ledjely.com
Accueil » Nanfo Diaby : « Le jugement est à Dieu »
A la uneActualitésGuinéeSociété

Nanfo Diaby : « Le jugement est à Dieu »

A la suite des propos du ministre de la Justice, Alphonse Charles Wright, qui trouve en substance que Nanfo Ismaël Diaby est libre de prier dans la langue qui lui convient, l’intéressé lui-même, intervenant plus tard dans une émission radio à Kankan, a salué cette clarification du ministre.  Dans l’émission ‘’Pakissa” diffusée sur les antennes de Djoma FM Kankan, l’imam au cœur de la controverse assure que lui et ses adeptes n’ont aucune envie de troubler l’ordre public.

Tout naturellement, Nanfo Ismaël Diaby salue la sortie du ministre de la Justice et des Droits de l’homme. « Le ministre m’a conseillé et a conseillé tous les Guinéens. Il a parlé de la loi guinéenne. Ce ministre, je ne le connais pas, aucun de mes parents aussi ne lui connaît. On ne s’est jamais vus. Mais il a dit ce qui se trouve dans les textes de loi du pays. Il a rappelé qu’en Guinée, on prie pour Dieu et chacun est libre d’exercer ses convictions religieuses tel que prévu par nos lois. Nous sommes vraiment contents aujourd’hui », jubile-t-il.

Abordant ensuite les risques de trouble à l’ordre que sa pratique singulière peut induire, il se défend. « Je ne crois pas que la pratique de ma foi puisse troubler l’ordre public, provoquer l’affrontement entre les communautés. Je ne vais pas chez les gens, je n’appelle personne à venir prier derrière moi. A moins que les gens qui veulent pas me voir prier le fassent », déclare-t-il à l’appui de son affirmation.

S’adressant ensuite à ceux qui dénoncent sa façon de prier, il les appelle à la tolérance. « Je demande à ces derniers aussi pardon, qu’ils nous laissent prier, le jugement est à Dieu. Nous pratiquons la foi dans notre langue car nous croyons que c’est la meilleure façon. Quand les wahhabites sont arrivés, on a vu des problèmes. Avec les Tidjanis également, il y a  eu des problème. Mais avec nous, nous créerons des conflits chez nous », dénonce celui qui est également promoteur de l’écriture N’ko.

Avant de conclure son intervention, il a loué les connaissances approfondies du grand imam de Kankan, pour lequel il a par ailleurs formulé des prières et bénédictions. De sa part, une sans doute, une manière de promouvoir l’apaisement dans ce débat plutôt passionné.

Michel Yaradouno, Kankan pour ledjely.com 

Articles Similaires

Urgent : Bah Oury nommé nouveau premier ministre

LEDJELY.COM

Crise en Guinée : un seul remède appelé ‘’humilité’’

LEDJELY.COM

Axe Lambanyi-Hamdallaye : la grève plutôt suivie

LEDJELY.COM

Grève générale : les travailleurs du secteur de la monnaie électronique observent le mot d’ordre

LEDJELY.COM

Grève générale : de la T7 à Enco 5, boutiques, magasins et banques fermés

LEDJELY.COM

Grève générale : la ville de Kankan au ralenti

LEDJELY.COM
Chargement....