Ledjely.com
Accueil » Kissidougou : un muezzin agressé par un fou
ActualitésGuinéeGuinée ForestièreSécuritéSociété

Kissidougou : un muezzin agressé par un fou

La rançon de la foi ? Le vendredi dernier, sortant de sa demeure à l’aube pour s’acquitter de son devoir d’appeler à la prière du matin, un muezzin a été poignardé par un fou. Cela s’est passé au quartier Farako, dans la commune urbaine de Kissidougou.  Pris en charge par les autorités communales, le leader religieux est hors de danger.  

La victime, Sékou Condé, 70 ans, a de quoi remercier le Seigneur. Parce que la lame de son bourreau l’a atteint au ventre. De fait, ce vendredi-là, il est arrivé plus tôt que d’habitude à la mosquée. « Tous les matins, quand j’arrive pour faire l’appel, je retrouve des déchets humains (urine, excréments, etc). Du coup, cette fois, je suis venu à 3 heures. J’ai d’abord balayé et fait ma prière, avant de faire l’appel à l’intention des fidèles », explique le muezzin.

Le premier appel lancé, Sékou Condé se dirige vers le hangar qui sert de salle de lecture coranique pour les enfants. Il est d’abord surpris de constater qu’un homme y était couché. Le muezzin se dit que ce doit être un passager qui se repose-là, en attendant de reprendre sa route au lever du soleil « Il était couché la tête posée sur son sac à dos et je l’ai réveillé. Quand il s’est réveillé, il a soulevé sa tête et m’a fixé dans les yeux. Je lui ai de chercher à rentrer chez, car il est l’heure pour les fidèles d’arriver pour la prière. D’un geste, il a envoyé sa main sous sac. J’ai d’abord pensé qu’il prenait son bagage pour s’en aller. Mais à ma grande surprise, c’est un couteau qu’il en retire pour me poignarder au ventre », relate-t-il.

Estimant que son cas n’est qu’une illustration du nombre croissant de malades mentaux qui errent à travers la ville de Kissidougou, faisant ainsi courir de graves risques aux citoyens, le muezzin interpelle les autorités : « Les fous sont des êtres comme nous, on ne doit pas leur faire du mal. Aujourd’hui, partout à travers la ville, on voit ces déréglés mentaux qui commettent assez de dégâts. Le Maire doit déployer les policiers afin de les interpeller et rechercher leurs parents. Ceux-ci, à leur tour, doivent les enchainer. Comme ça, ils ne vont plus agresser les gens ».  

Alerté, le maire, flanqué de certains ses conseillers, s’est justement rendu au chevet de la victime. Tout d’abord, il a regretté l’acte avant de s’engager à prendre en charge les soins médicaux de la victime. « Il fallait qu’on se déplace pour venir voir son état. Et comme vous le savez, juridiquement, quand ces fous commettent des dégâts, c’est l’Etat qui répond à leur place. Donc, nous sommes là pour prendre en charge la victime et assurer la réparation le plus tôt possible », assure Yomba Mara

Selon nos informations, ce fou-là n’en est pas à son premier acte d’agression. Dans un passé récent, il s’était aussi attaqué à un citoyen dans ce même quartier en lui administrant des coups.

Niouma Lazare Kamano, correspondant régional pour ledjely.com

Articles Similaires

« Je suis heureuse de recevoir ce vaccin contre la COVID-19 », Agnès, 14 ans

LEDJELY.COM

Transition : « Guinéens, j’implore notre responsabilité à tous »

LEDJELY.COM

Guinée : de l’importance de la protection des données à caractère personnel

LEDJELY.COM

Accident ferroviaire : le train de la compagnie Rusal déraille au niveau de Kaporo-rails

LEDJELY.COM

Le Pont unique de Tanènè : à date, tous les grands travaux sont bouclés

LEDJELY.COM

Foniké Menguè et Billo Bah : Amnesty International appelle à leur libération « immédiate »

LEDJELY.COM
Chargement....