Ledjely.com
Accueil » Lutte contre les MGF, un combat de longue haleine !
Publireportage

Lutte contre les MGF, un combat de longue haleine !

Les leaders religieux de la Guinée et leurs collègues de la Mauritanie et du Maroc démontrent à l’occasion de la journée internationale tolérance zéro aux MGF, que la pratique de l’excision n’a aucun fondement religieux. 

Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines (MGFs), le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance avec l’appui du Programme Conjoint UNICEF-UNFPA, a organisé une conférence nationale sur l’engagement des leaders religieux, des jeunes et des agents de santé pour la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines les 4 et 5 février 2020.

Ibrahima Sory Kaba
Dr Pierre Ngom, Représentant Résident de l’UNICEF

La conférence des leaders religieux a été facilitée par les Oulémas venus de la Mauritanie et du Maroc. Au total, 84 leaders religieux (chrétiens et musulmans) venant des 8 régions administratives du pays ont participé à cette conférence. L’occasion d’échanges d’expériences avec les Oulémas sur les MGF, afin de mettre l’accent sur le fait que les MGF n’ont aucun fondement religieux, musulman notamment.
Cependant, selon l’Enquête Démographique et de Santé (EDS, 2018), des progrès notables ont été relevés chez les filles de 0-14 ans qui enregistrent 39% en 2018 contre 46% en 2012.

Ibrahima Sory Kaba
Hadja Mariama Sylla, Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance

C’est pourquoi Pierre Ngom, le Représentant Résident de l’UNICEF en Guinée, a félicité les autorités et tous les départements concernés pour les efforts consentis jusque-là et réitéré également son plaidoyer pour plus d’actions pour l’abandon de ces pratiques : « L’UNICEF souhaiterait encourager le Ministre de la Justice à poursuivre ses actions de soutien à l’application de la loi contre les auteurs de la pratique conformément aux vœux exprimés par son Excellence, Monsieur le Président de la République de Guinée, au Conseil des Ministres, le 19 mai 2016. Et porter le plaidoyer auprès du Ministère de la Santé pour le renforcement des mécanismes de surveillance de la pratique dans les établissements de santé et l’application de sanctions administratives contre son personnel qui s’y adonne, conformément à la législation guinéenne ».

La Guinée est activement engagée dans la dynamique de l’abandon de la pratique des MGF à travers le renforcement du cadre légal et programmatique. La récente adoption du code de l’enfant et celle de la révision du plan stratégique national dans un cadre de concertation inclusive et l’adoption d’une stratégie spécifique d’intervention des religieux dans la promotion de l’abandon des MGF, en sont des preuves, s’est félicitée Hadja Mariama Sylla, Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance, avant d’ouvrir les débats.

Ibrahima Sory Kaba
Les participants à la conférence relgieuse sur les MGF

Ceux qui pratiquent les MGF se fondent sur la religion pour justifier leurs actions alors que la question de la protection des enfants et des femmes est une prescription divine. C’est ainsi qu’El hadj Aboubacar Sidiki Nabé, Directeur Adjoint du Bureau de Stratégie et de Développement du Secrétariat Général aux affaires religieuses, dira : « Mon département a adopté une Fatwa interdisant la pratique des MGFs en Guinée et mis en place une stratégie d’intervention des leaders religieux pour la promotion de l’abandon des MGFs grâce à l’appui de l’UNICEF. A cette occasion, je réaffirme l’engagement de mon département à œuvrer constamment dans le cadre de la prévention du mariage précoce, le viol des petites filles, le travail des enfants et surtout la promotion de l’abandon des MGFs ».

Prenant la parole pour partager son expérience, Cheikh Ould Zein, Secrétaire Général du Forum de la Pensée Islamique et du Dialogue des Cultures (FPIDC) de la Mauritanie, rappellera quelques préceptes de l’islam sur la question avant de faire une comparaison avec la réalité actuelle : « L’islam cherche le bonheur pour l’être humain, que ce soit dans nos coutumes ou autres. L’islam n’a pas interdit les MGF et n’a pas incité non plus à leur pratique, car leur pratique est préislamique. Avant nous, il n’y avait pas de preuves sur l’impact des MGF sur la santé, mais aujourd’hui, il y a des preuves médicales. Donc vouloir rester les bras croisés sans lutter contre ce fléau avec toutes les preuves, c’est avoir tort » a-t-il conclu.

Ibrahima Sory Kaba
Les animateurs de la conférence venus de la Mauritanie et du Maroc.

Parlant de l’aspect médical de l’excision, Dr Amina Iraqi, islamologue, prédicatrice et animatrice des causeries religieuses, exposera les impacts sur la santé de la femme : « En tant que médecin dermatologue vénérologue, je relève qu’il y a des conséquences immédiates, instantanées, des douleurs violentes, des saignements excessifs, c’est-à-dire des hémorragies qui peuvent aboutir à la mort, lors de l’excision. Il y a aussi des infections causées par des virus, des bactéries, des problèmes urinaires, des lésions des tissus adjacents ».

Ibrahima Sory Kaba
Les jeunes participant au débat sur les MGF à la Blue zone de Kaloum.

Pour sa part, Kadiatou Konaté, Secrétaire générale du Club des jeunes filles leaders de Guinée, ajoutera : « il y a fort longtemps que le gouvernement et les institutions s’impliquent dans cette lutte, mais sans assez de changements. Mais du fait que les jeunes se soient impliqués de manière directe à travers les statistiques, le pourcentage a baissé de 46 à 39%. Donc on voit un léger changement à ce niveau, car, nous, nos cibles, ce sont les jeunes. Les discussions que nous engageons avec nos pairs dans les écoles et dans le secteur informel, ateliers de couture, salons de coiffure, impactent beaucoup. Notre combat, c’est de sauver la future génération, car nous, nous avons été victimes de l’excision » a – t – elle conclu.

Articles Similaires

800 femmes et jeunes filles des 5 communes de Conakry en formation aux dialogues communautaires

LEDJELY.COM

37 enfants vulnérables de Kobela ont repris le chemin de l’école grâce à l’appui de l’UNICEF

LEDJELY.COM

UMS organise un pont aérien entre Dakar et Conakry pour le transport des vaccins contre Ebola

LEDJELY.COM

La Guinée a désormais son Plan Stratégique National de Promotion de l’Abandon du Mariage d’enfant

LEDJELY.COM

Avec la bourse scolaire de l’UNICEF, Nona Haba peut enfin poursuivre ses études sans difficultés

LEDJELY.COM

Le Groupe d’Action Locale (GAL) de Guéckédou s’implique dans la gestion des rumeurs sur la COVID-19

LEDJELY.COM
Chargement....