GUINEE: l’UA demande un “dialogue politique inclusif” pour des élections dans un climat “apaisé et consensuel”

C’est maintenant autour de l’Union africaine, à travers le président de sa Commission, de faire part de sa préoccupation au sujet des tensions et divergences qui prévalent autour des élections législatives et du référendum, programmés ce dimanche 22 mars 2020. Moussa Faki Mahamat qui appelle toutes les parties à s’abstenir de toute action susceptible de compliquer davantage la situation, dit en outre souhaiter de la part des acteurs politiques et sociaux, mais aussi du gouvernement qu’ils s’engagent dans un “dialogue politique inclusif, afin d’organiser les élections dans un climat apaisé et consensuel”. 

A lire  Coronavirus : le plan et le coût de la riposte, selon l'ANSS

Addis-Abeba, 21 mars 2020 : Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, suit de près les développements en Guinée dans le cadre des élections législatives et un référendum constitutionnel prévu le 22 mars 2020.Il exprime sa préoccupation face aux tensions et aux divergences qui prévalent entre les acteurs politiques et à leurs conséquences potentielles sur la stabilité à long terme du pays.

Le président de la Commission invite instamment toutes les parties concernées à s’abstenir de toute action susceptible de compliquer davantage la situation actuelle.

A lire  TRIBUNE : Non, nous n’avons pas baissé les bras !!!

La Commission de l’Union africaine appelle le gouvernement et tous les acteurs politiques et sociaux à promouvoir un dialogue politique inclusif afin d’organiser les élections dans un climat apaisé et consensuel. A cette fin, l’union africaine demeure disposée, en concertation avec la CEDEAO, à aider de toutes ses forces les acteurs guinéens à parvenir  à un consensus politique sur les questions en jeu.